Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqués de presse de la CGT

Catégories

Publié par actu

Courrier adressé au ministre X. Bertrand

 


Madame Isabelle Pasquet, sénatrice des Bouches du Rhône


Monsieur le Ministre,


Votre décision de valider le licenciement de deux élus du personnel de l’entreprise NextiraOne, Messieurs Paul MICHEL et Francis BATTISTA, qui contredit les conclusions des enquêtes menées aussi bien par l’inspectrice du travail que par le Directeur du Travail Adjoint de l’Unité Territoriale de la Seine Saint Denis, interroge sur ses fondements mêmes.

Cette procédure rare intervient dans un contexte particulièrement lourd puisque cette entreprise est issue d’Alcatel dont le patron se vantait déjà de vouloir en faire une « entreprise sans usine », c'est-à-dire sans salariés et a fortiori sans syndicats.

Une entreprise qui a été condamné à de multiples reprises pour ses manœuvres antisociales - fermeture de sites, transfert de salariés, plan social « au noir », dossier amiante, discrimination syndicale... Des faits que le Président de la République imputait il y encore peu aux « patrons voyous ».

Et pourtant, étrangement, NextiraOne, entreprise européenne soumise aux fameuses règles de la concurrence libre et non faussée, vient de bénéficier d’un prêt de 6 millions d’euros, sans aucun engagement en faveur de l’emploi.

Je souhaite être éclairée, Monsieur le ministre, sur les raisons qui ont motivé votre décision de passer outre l’avis de votre propre administration pour licencier des salariés protégés qui cumulent 74 années de travail au sein de cette entreprise. Et savoir par quels méandres il est aujourd’hui possible de contourner les règes « intangibles » des traités européens au profit d’une entreprise qui ne respecte aucun engagement en termes de responsabilité sociale


Vous remerciant de me tenir informée rapidement, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération.


Isabelle Pasquet

 

Commenter cet article